Histoire des sous-vêtements masculins (2ème partie)

Après les pagnes, les braies et les braguettes, le sous-vêtement masculin connut une révolution au XXe siècle pour prendre la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Voici la deuxième partie de notre court historique du sous-vêtement masculin.

 

 

Plutôt boxers ou slips?” Voilà une question qui aurait suscité un regard bien vide avant 1920, puisque ni l’un ni l’autre n’avait encore été inventé. Depuis la révolution et jusqu’aux années 1930, les hommes portaient principalement des dessous de flanelle près du corps, arrivant aux genous.

Si cela ne semble pas bien confortable, les choses commencèrent à respirer davantage en 1925. Jacob Golomb, le fondateur d’Everlast, la célèbre entreprise d’équipement de boxe, apporta des modifications aux caleçons portés par les pugilistes. Golomb se rendit compte que les ceintures de cuir que les combattants portaient n’étaient très pratiques, alors il les remplaça avec des ceintures élastiques flexibles.

Toutefois, les « boxers » ne furent pas immédiatement un succès comme sous-vêtement. Il leur manquait le soutien que les sous-vêtements longs et culottes d’antan apportaient. Ce n’est qu’à partir de la fin de la seconde guerre mondiale que les boxers firent leur apparition sur les devants de la scène.

Les dessous masculins changèrent pour toujours en 1934 quand Arthur Kneibler, un designer américain de l’entreprise Coopers, reçut une carte postale d’un ami en vacances sur la côte d’azur. La carte montrait un homme en maillot de main, style bikini, et Kneibler eu une révélation. Ne pouvait-on pas faire de ce genre de maillots de bain des sous-vêtements ?

Après quelques tests Kneibler créa un nouveau sous-vêtement confortable et sans jambes, avec une fermeture sur le devant en forme de Y. Ces dessous furent appelés des « short Jockey », car leur soutien rappelait les jockstraps.

Le succès fut immédiat. Les 600 premiers exemplaires mis en vente partirent le premier jour. En 3 mois Coopers en vendit 30 000.

 

L’immense succèrs des sous vêtements masculins de designers commença dans les années 1970 et 80, quand des marques comme Calvin Klein décidèrent de transformer ces dessous, les érigeant pour la première fois en accessoires de mode, mis en avant, notamment sur des clips vidéos de musique.

Les coupes devinrent plus serré, plus sexys, et les designs plus colorés, voyants et parfois humoristiques.

 

Ces vingt dernières années, malgré plusieurs tentatives de création d’une « lingerie masculine » à proprement parler, avec transparence, découpages ou dentelles, aucune révolution du marché n’eut véritablement lieu.

Il semblerait ainsi que le boxer, qui est désormais le sous-vêtement le plus porté par les français, ait comblé les attentes des industriels.

 

2 réflexions sur “Histoire des sous-vêtements masculins (2ème partie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s