Ces hommes qui ont tout perdu – Episode 1

vincentd

 

« On n’entend pas de trompettes le jour où l’on prend les décisions importantes pour le reste de notre vie. Le destin se fait connaître en silence ».

La punchline signée Agnès de Mille résume bien la nature des faits sur lesquels nous avons souhaité jeter notre dévolu journalistique. Sous forme de reportage en plusieurs épisodes, zoom sur les choix les plus catastrophiques de ces 15 dernières années.

Nous sommes en 2000. Vincent D. a 8 ans, et rien pour l’instant ne le prédestine au pire. Il a amassé en 4 mois un pactole de billes/pogs/cartes DBZ qui lui assure un règne pérenne sur la cour de récréation de son école primaire. Il a déjà smacké une fille et compte au moins 7 potes dans sa bande. C’est même chez lui qu’ils se réunissent le mercredi après-midi pour manger des fourmis en cachette. En bref, il est au top.

Mais la vie étant souvent injuste, le temps va rapidement tourner à l’orage pour notre jeune loup en devenir…

À plus que deux semaines du noël de l’an 2000, l’heure est venue pour Vincent de sélectionner ses futurs cadeaux dans le catalogue Joué-Club, ces 300 pages de bonheur distillées aux 4 coins de la France (à condition d’être dans la zone de chalandise de l’enseigne. Tant pis pour les campagnards, pas besoin d’une game-boy quand on a deux/trois bâtons et des feuilles de platane pour s’éclater).

Frénétique, Vincent D. zappe vite la page des jouets en bois (vous savez, cette double page que tous les mômes arrachent du catalogue pour éviter de verser des larmes le 24 au soir après avoir ouvert un paquet cadeau contenant un petit-train en chêne/cheval à bascule en pin) pour se rendre direct à la page des mecs : celle des jeux-vidéos.

L’heure est venue, c’est certain. Commander cette console de jeux, c’est l’assurance d’être un enfant star au moins jusqu’en classe de 4ème. Ni une ni deux, il dégaine son marqueur Velleda qui n’a pourtant rien à faire dans cette histoire et boum, nous décoche le cercle le plus cerclé jamais décoché par un gamin de 8 ans. Pour être sûr que Santa Claus ne le rate pas, il va même pousser le vice en cerclant parfaitement une deuxième fois un cercle déjà parfait. Quelle prouesse technique.

Tout comme un type qui aurait acheté des actions de Google la même année, le coup de génie est flagrant et Vincent le sent : il n’a plus qu’à attendre de recevoir sa console pour être touché par la grâce et entrer dans la légende des gosses qui avaient tout compris avant les autres.

Vous l’aurez deviné, la suite ne va pas être si rose pour notre héros d’un jour. En effet, ce dernier vient de commettre l’erreur désignée par des scientifiques comme la plus énorme possible de ce 21ème siècle alors qu’il commence à peine : il a entouré la Dreamcast, alors que la Playstation 2 était juste à côté. Il a délibérément opté pour Sega plutôt que pour Sony. Dieu le bénisse.

why3

Pourquoi ? Comment a-t-il pu faire ça ? Il avait juste à entourer la bonne, mais ne l’a pas fait. Excès de confiance, tentative de mandoline ? Vincent va maintenant connaitre une descente aux enfers digne de celle de Larusso. Son cercle parfait est devenu … un cercle vicieux.

Le drame tant attendu se produit, inévitablement. Toute la cour de récré est vite au courant : Charles, le type qui avait seulement le droit d’être le chat au chat perché pour pouvoir jouer avec les autres, est en train de nous sortir un come-back à la Napoléon from l’île d’Elbe. Voilà que ce mec, qui était parti pour avoir une vie entière à raconter sur VDM, a même le droit de ne plus aller dans les barres au foot de la récré. C’est certain, le vent tourne. Et sans surprise, le coup de sifflet final ne va pas tarder pour notre bon Vincent.

Deux jours après, Charles a claqué toutes ses économies dans un CD de Tekken Tag Tournament qui va définitivement finir de convaincre l’ancienne bande de Vincent de changer de chef. Game over pour ce petit mec qui avait tout pour réussir, et qui, comme des millions à ce même moment, a vu sa vie gâchée par un des pires choix de l’histoire.

Après la classe de CM2, Vincent D. a décidé d’arrêter les études suite à une ultime humiliation infligée par ses camarades : ces derniers ont été jusqu’à lui offrir une seconde manette de Dreamcast pour pouvoir jouer en multijoueurs… alors qu’il n’avait plus aucun ami. Devenu craintif, il cherche depuis à se relancer en attendant « le moment où tout le monde fera une erreur tandis qu’il aura fait le bon choix ». Il n’a jamais osé se mettre à Internet, et est aujourd’hui tristement célèbre pour être le dernier français utilisant encore le minitel.

Sieurwyn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s