Enfin les soldes ! Les quoi ?

 Je pense que le shopping devrait figurer dans les risques cardio-vasculaires. Mon cœur ne bat jamais aussi fort que lorsque je vois un panneau « soldé à 50 % »

Tout est dit ! Après de long mois à hésiter, à peser Le pour et le contre, à se détester pour le moindre achat compulsif, les soldes sont enfin de retour à notre plus grande joie. Quel bonheur de mettre au placard la culpabilité habituelle d’une journée de shopping enflammée pour laisser place à la douce satisfaction de la bonne affaire réalisée. Chacun y trouve son compte : vous possédez enfin le slip de vos rêves, votre banquier est presque détendu et cette vieille tante Janine, plus radine qu’une fourmi, peut commercer ces courses de Noël – 6 mois à l’avance, on n’est jamais trop prévoyant.

Avant même de commencer, vous trouverez ci-dessous les 10 règles d’or du parfait soldeur, un incontournable :

  1. Solendro.com tu fréquenteras
  2. Du plaisir tu gagneras
  3. Des slips tu achèteras
  4. Des chaussettes tu trouveras
  5. Des caleçons tu offriras
  6. Des boxers tu arboreras
  7. De l’argent tu dépenseras
  8. Du style tu obtiendras
  9. Des filles tu séduiras
  10. Des soldes tu aimeras

Mais d’ailleurs, qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer les soldes ? Qui est le génie a qui nous devons tout (ou du moins une grande partie de notre garde-robe) ?

jekjekej

I- Le fabuleux destin des soldes du mois de juin

Oui oui, la Révolution Française rime avec Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, avec liberté de pensée et de religion, avec abolition des privilèges, et j’en passe. Mais savez-vous que la Révolution Française rime aussi avec Grands Magasins, avec emplettes, avec soldes ? Je vous explique : en supprimant les corporations, les commerces – qui étaient cloisonnaient par spécialités – ont enfin pu se diversifier. Il était enfin possible de vendre du savon avec des caleçons, des tulipes avec des slips, des aspirateurs avec des boxers. Ca y est, tous ces produits étaient regroupés sous le même toit.  Et pas n’importe lequel : celui du Petit Saint Thomas.

Le Petit Saint Thomas

Le Petit Saint Thomas 2

Quel charmant nom, qui sonne comme le Bonheur des Dames. Cependant, il ne s’agit pas ici d’un roman tiré de l’imagination d’un grand auteur, mais bien d’une incroyable histoire, née du génie et de l’audace de Simon Mannoury. La vente, en ce début du XIXème siècle, répondait à un schéma simple : une demande = une offre, avec négociation du prix. Il fallait donc attendre, discuter, parlementer et prendre le risque de se faire tromper. Simon Mannoury, lui, observe cette pratique, constate, et en tire de nombreuses idées. Place à la vente moderne ! Il instaure une multitude de petites révolutions dans son nouveau magasin : une entrée libre pour les clients, des rayonnages remplis de produits vendus à des prix fixes et clairement affichés, sans négociation envisageable, des échanges et des retours possibles et faciles et une utilisation massive de la publicité, ou « réclames » à l’époque. Bref, en visionnaire, il créa notre mode de consommation contemporain. Cependant, très vite Simon Mannoury dû faire face à un nouveau problème : cette multiplication des produits proposés génère, de facto, une multiplication des invendus. Que faire ? Allez un indice, ça commence par un S… Exact, vous l’avez deviné, Simon Mannoury créa les SOLDES (oh joie, oh bonheur) ! Il organisa un événement commercial d’ampleur pour liquider le surplus de son année, à grand renfort de prix cassés. Le succès fut au rendez-vous, ainsi que de nouveaux concurrents. L’aire des grands magasins commença, et avec lui celle des soldes.

Le Petit Saint Thomas devint Le Bon marché en 1852 ; en 1865 fleurit le Printemps ; l’année 1904 fut celle du Bazar de l’Hôtel de Ville et de La Samaritaine.

Ce n’est que bien plus tard que survint la première réglementation. En 1906 plus exactement. Elle fut par la suite précisée en 1962, où la notion de Soldes commença à être clairement définie. Il s’agit de « ventes présentant un caractère réellement ou apparemment occasionnel, accompagnées ou précédées de publicité et annoncées comme tendant, par une baisse de prix, à l’écoulement accéléré de marchandises en stock ». Réglementation un jour, réglementation toujours, les soldes ne sont autorisées qu’au cours de deux périodes par année : les soldes d’hiver débutant le 2ème mercredi de l’année, et les soldes d’été commençant le 3ème mercredi de juin. De même, après plusieurs fluctuations législatives, elles ne durent que 6 semaines à chaque saison.

Ainsi, Simon Mannoury a créé une véritable institution, transformant l’acte d’achat en un plaisir en soi, un loisir et non une nécessité. Plaisir accentué par le côté de chasse aux trésors des solde, qui pousse à chercher LA bonne affaire, pour la simple joie de la dégoter. Et je suis sûr que vous rêvez de la trouver aussi cette fameuse bonne affaire (et, je vous le dis un secret : il n’y a que ça sur Solendro.com).

jejeje

II- Box, Box, Box, Boxing Day !

Si Paris est connu pour être la capitale de la mode, et la France un lieu culte du bon goût, nos amis anglo-saxons ne sont pas en reste non plus. Les soldes sont, pour eux aussi, un grand événement : le « Boxing Day » ou jour des boites. Des boites bien sûr, de la boxe souvent. Pour ce grand rendez-vous, la queue peut s’étendre sur des dizaines de mètres pour entrer dans le nouveau magasin à la mode, les femmes se déchirent un sac à main, on entend des cris hystériques, on voit des perruques arrachées, on sent des griffures et morsures, on fait des malaises, on lance et rattrape des chaussures, on troque en douce, on sépare des ensembles, on découpe des caleçons, on éparpille des bijoux… Bref, il faut défendre son beefsteak, surtout pendant les soldes. Pas de pitié, plus d’amitié, chacun pour sa pomme (ou son chemisier plutôt). Les magasins se transforment en véritable champs de bataille, et les Napoléon peuvent aller se rhabiller (sans mauvais jeu de mot).

* Emilie Zola en parlait déjà : « A l’intérieur, sous le flamboiement des becs de gaz, qui, brûlant dans le crépuscule, avaient éclairé les secousses suprêmes de la vente, c’était comme un champ de bataille encore chaud du massacre des tissus. Les vendeurs, harassés de fatigue, campaient parmi la débâcle de leurs casiers et de leurs comptoirs, que paraissait avoir saccagés le souffle furieux d’un ouragan. On longeait avec peine les galeries du rez-de-chaussée, obstruées par la débandade des chaises ; il fallait enjamber, à la ganterie, une barricade de cartons, entassés autour de Mignot ; aux lainages, on ne passait plus du tout, Liénard sommeillait au-dessus d’une mer de pièces, où des piles restées debout, à moitié détruites, semblaient des maisons dont un fleuve débordé charrie les ruines ; et, plus loin, le blanc avait neigé à terre, on butait contre des banquises de serviettes, on marchait sur les flocons légers des mouchoirs. Mêmes ravages en haut, dans les rayons de l’entresol : les fourrures jonchaient les parquets, les confections s’amoncelaient comme des capotes de soldats mis hors de combat, les dentelles et la lingerie, dépliées, froissées, jetées au hasard, faisaient songer à un peuple de femmes qui se serait déshabillé là, dans le désordre d’un coup de désir ; tandis que, en bas, au fond de la maison, le service du départ, en pleine activité, dégorgeait toujours les paquets dont il éclatait et qu’emportaient les voitures, dernier branle de la machine surchauffée. Mais, à la soie surtout, les clientes s’étaient ruées en masse ; là, elles avaient fait place nette ; on y passait librement, le hall restait nu, tout le colossal approvisionnement du Paris-Bonheur venait d’être déchiqueté, balayé, comme sous un vol de sauterelles dévorantes ».

Foule en délire 1.jpg

foule en délire 2.jpg

Vous avez compris le principe, les soldes c’est bien, mais c’est costo. Il faut arriver en forme, déterminé, décidé, battant. Si maintenant vous ajoutez à cette scène d’horreur un soupçon d’agoraphobie, une folle envie d’acheter absolument tout et une carte bleue capricieuse – le banquier est détendu mais pas trop quand même – les soldes tournent au cauchemar. Accro au shopping oui, téméraire non. Il semblerait donc que les soldes ne soient pas pour nous. Quoique…

jejeje

III- Vive la technologie, vive les sites en ligne, vive solendro.com !

Après avoir remercié – merci encore – Simon Mannoury, au tour maintenant de remercier la technologie. Car oui messieurs, depuis internet, tout à changer. Plus besoin de vivre la cohue des magasins, plus besoin de prendre son mercredi matin pour ne vraiment pas louper l’affaire du siècle (voir de l’univers), on peut faire ça de chez nous. Mi-temps d’un match de l’Euro, job ennuyeux, pas de copine pour vous cajoler, ce n’est plus grave. Vous avez votre meilleur ami Internet, qui vous permet d’assoupir vos envies de shopping et de réaliser vos rêves de solde à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Comme nous le disait si bien * Isla Fischer « Depuis des années, je fonctionne selon un cycle informel de shopping. Un peu similaire au système de rotation des cultures agricoles. Mais au lieu de blé-maïs-orge- jachère, le mien correspond à vêtements-maquillage-chaussures-vêtements (en général, je fais l’impasse sur la jachère.) Le shopping ressemble beaucoup à l’exploitation d’un champ. Il est indispensable de varier ses achats, sinon l’ennui vous gagne et le plaisir n’est plus au rendez-vous ».

Et ou acheter vos nouveaux sous-vêtements en solde sans avoir à bouger un orteil de votre canapé ? Ou les acheter sans avoir à aller les chercher ? Bien sûr, chez solendro.com. Le film est mauvais, le match est nul, la cuisine est en feu, les potes font la sieste ? Absolument parfait pour venir faire un petit tour. Et pour vous donner l’eau à la bouche, et vous conforter dans l’idée qu’il n’y rien de mieux que de faire les soldes dans son transat, voici une petite sélection de produits exprès pour vous.

Bon tour d’horizon et joyeuses soldes !

jejeje

Boxer France

Que demandez de plus que de soutenir la France tout en bénéficiant des soldes ? -15% sur ce boxer Achile, parfait pour l’Euro 2016.

jejeje

jhehehe

Boxer Vacances.jpg

15% d’économiser sur ce boxer Ralph Lauren pour profiter des vacances au bord de l’eau.

hzeheh

hhehe

jejeej

Caleçon vacances

Un caleçon Mariner léger et fleuri, à – 30%, idéal pour des vacances champêtres.

jeje

jejej

jejeje

slip.jpg

Ce lot de deux slips Replay à – 20% sera parfait pour un été citadin.

jjr’jrj

jejerje

heheh

Retrouvez toutes nos offres sur Solendro.com

http://solendro.com/achile-france-boxer-sombre-a-drapeau-francais-en-coton-polyester-et-elasthanne.html

http://solendro.com/ralph-lauren-classic-trunk-boxer-multicolore-a-motifs-fleurs-en-coton-stretch-a.html

http://solendro.com/mariner-actuel-calecon-a-motifs-100-coton.html

http://solendro.com/replay-rp-lot-de-2-slips-uni-et-a-rayures-en-coton-stretch.html

* D’après le livre « Confessions d’une accro du shopping » de Sophia Kinsella, et du film de P.J Hogan

* D’après le roman « Au Bonheur des Dames » de Emile Zola.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s